Actualités

image description  

Evaluation de l’étatEvaluation de l’état sanitaire des réfugiés durant leurs parcours et à Calais, Région Nord Pas de Calais Picardie, France sanitaire des réfugiés durant leurs parcours et à Calais, France

  • 2016/03/16
  • Réponse aux Urgences
Au cours de 2015, plus d'un million de réfugiés ont rejoint l'Union Européenne pour demander l’asile.
En novembre 2015 à Calais, dans le nord de France séparée par 30 km des côtes britanniques, ils sont environ 6000 réfugiés vivant dans des conditions indignes dans un camp ouvert appelé «jungle» pour rejoindre l'Angleterre.
Durant leur parcours, les réfugiés sont exposés à des maladies liées à leurs conditions de vie et à de la violence dans des pays hostiles à les recevoir. Depuis Septembre 2015 MSF-OCP fournit des soins médicaux et psychologiques dans la "jungle".
 
Cette enquête transversale menée en Novembre/Decembre 2015 a pour objectif principal d’évaluer l’état sanitaire et l’accès aux soins des réfugiés depuis leur départ. La population d’étude comprenait tous les individus résidant dans la "jungle" pendant le temps de l'enquête. Un échantillonnage géospatial aléatoire simple a été utilisé. Les données sur la démographie, les pays traversés, l'état de santé, les violences subies et les projets de vie ont été recueillies.
 
Au total, 425 personnes ont été incluses dans l'enquête. Le taux d'inclusion était de 94,9%. Au total, 95% étaient des hommes, 33,3% (27,9 à 39,1) étaient Soudanais. L'âge médian des individus était de 25 ans (IQR: 21-30). La moitié d'entre eux ont un niveau d'éducation secondaire ou tertiaire et proviennent principalement de zones de conflit dans leur propre pays. Un nombre croissant de départs dans les pays d'origine est observé en Septembre 2015. Le temps médian de voyage est de 100 jours (41-498). Soixante et un pour cent ont rapporté avoir rencontré au moins une fois un problème de santé en particulier à Calais. Les problèmes d'accès aux soins de santé ont été principalement rapportés en Libye. Deux tiers des personnes ont  fait face au moins une fois à un événement de violence durant leurs parcours. 81,5% des réfugiés veulent aller en Angleterre, la moitié d’entre eux ont un membre de la famille là-bas. 
 
Les résultats de cette étude sont représentatifs de la population résidente vivant dans la jungle pendant l'enquête et ne sont pas généralisables à une autre population ou d'autres pays. Les réfugiés qui sont pour la plupart proviennent de zones de conflit dans leur propre pays  continuent de subir de la violence dans les pays traversés et en France. Les résultats de cette enquête pourraient permettre de renforcer les activités de  plaidoyer dans les pays où MSF est déjà impliqué.