Complications d'avortement

Vendredi 2 juillet 2021 - Mis à jour le Mercredi 18 août 2021

AMoCo

Évaluation de l'ampleur et de la gravité des complications liées à l'avortement et des facteurs associés aux événements graves ou évités de justesse dans trois contextes humanitaires africains (AMoCo)

 

Les complications liées à l'avortement sont l'une des cinq principales causes de mortalité maternelle dans le monde. Les femmes et les jeunes filles des pays à ressources limitées sont plus susceptibles de subir un avortement provoqué que celles des pays à ressources élevées. Plus important encore, 97% des avortements non sécurisés dans le monde ont lieu dans des pays à ressources limitées, ce qui entraîne des taux élevés de complications traitées dans les établissements de santé.

Bien que l'avortement à risque soit l'une des causes de mortalité maternelle facilement évitable, il s'agit d'une cause négligée de mortalité maternelle, affichant l'une des plus faibles baisses en termes de mortalité maternelle liée à cause obstétricale entre 1990 et 2013. En conséquence, les complications liées à l'avortement sont actuellement la principale cause de mortalité maternelle dans le monde, représentant 18 % d'entre-elles (aux côtés des hémorragies).

L'étude multicentrique AMoCo vise à évaluer l'importance des complications liées à l'avortement, y compris les événements mortels ou quasi mortels, et les soins cliniques qui sont dispensés. L'étude évaluera l'importance et la gravité des complications liées à l'avortement, et en particulier les décès liés à l'avortement et les événements "presque fatals" (complications qui ont presque entraîné la mort, mais où la femme a survécu). Cette étude sera menée dans 3 établissements de santé soutenus par Médecins Sans Frontières (MSF) dans des contextes africains fragiles et/ou affectés par des conflits. Elle comprendra une étude quantitative d'observation de plus de 1200 femmes qui ont eu des complications liées à l'avortement, une étude qualitative explorant les expériences des femmes qui ont souffert d'un événement "presque fatal", et une évaluation des établissements de santé et de la qualité des soins dispensés pour les complications liées à l'avortement.

 

Country

République Démocratique du Congo (Masisi), Nigeria (Jahun), République Centrafricaine (Castor).

Date de fin prévue

Juin 2022

Notre Rôle

Coordination

Partenaires

MSF France, MSF Belgique, Bureau International de MSF

IPAS, Guttmacher Institute

 

Pour plus d'information, contacter : Estelle Pasquier

Découvrez les premiers résultats de l'étude en Republique Centrafricaine

Video