Trypanosomiase humaine africain

Vendredi 8 mars 2019 - Mis à jour le Jeudi 11 avril 2019
Progresser vers l'élimination de la maladie du sommeil en tant que problème de santé publique.
Le personnel d'une clinique mobile de Médecins Sans Frontières (MSF) effectue des analyses sanguines pour diagnostiquer la maladie du sommeil dans le village d'Emmaüs, dans le nord-est de la RDC.
Légende
Le personnel d'une clinique mobile de Médecins Sans Frontières (MSF) effectue des analyses sanguines pour diagnostiquer la maladie du sommeil dans le village d'Emmaüs, dans le nord-est de la RDC.

La maladie du sommeil ou trypanosomiase humaine africaine (THA) est une maladie parasitaire à transmission vectorielle. En Afrique de l'Ouest et du centre du continent (98 % des cas), elle est due au parasite Trypanosoma brucei (T. b.) gambiense; en Afrique de l'Est, c’est T. b. rhodesiense (2 % des cas) qui en est responsable. La maladie est transmise par les mouches tsé-tsé.

Pendant la première phase de la maladie, le parasite présent dans le sang provoque de multiples symptômes: fièvre, maux de tête, fatigue, inflammation des ganglions lymphatiques. Si la maladie n’est pas traitée, les parasites en viennent à envahir le système nerveux central. La trypanosomiase est toujours mortelle en absence de traitement.

Utilisé depuis 1949, le traitement de la deuxième phase su la trypanosomiase reposait sur le mélarsoprol, responsable de 5 à 10 % d’encéphalopathies le plus souvent mortelles mais en 2009,  un traitement combinant nifurtimox et éflornithine a été introduit pour traiter T. b. gambiense au stade 2. Ce traitement très efficace n’a plus les effets secondaires du mélarsoprol mais il reste contraignant l’éflornitine s’administre à raison de deux injections par jours pendant 7 jours et cette combinaison n’est pas active sur le Trypanosome rhodesiense. Plus récemment, DNDi a mis au point un nouveau médicament, le fexinidazole, qui est actif sur les deux stades du Trypanosoma brucei  (T. b.) gambiense. Le fexinidazole peut être administré en 10 jours par voie orale et les essais cliniques ont montré qu’il est efficace sans effet secondaire. Ce traitement est actuellement en cours d’introduction dans les pays endémiques.

Acteur important dans ce domaine de recherche, Epicentre continue de collaborer à des projets sur la trypanosomiase humaine africaine.
 

Activités de Médecins Sans Frontières (MSF)

En 1986, MSF a été l'une des premières ONG à lutter contre la THA avec un programme en Ouganda  et a poursuivi cet investissement en santé publique sur des projets conduits au sein des pays les plus touchés : Angola, Congo, Ouganda, RCA, RDC et Soudan du Sud. Plus de 2,3 million de personnes ont été testées et plus de 46 200 patients ont été diagnostiqués et traités entre 1986 et 2007. 

Conseil et expertise

Un jeune homme dans le village de Zobia, au nord-est de la RDC. Les plus exposés à la mouche tsé-tsé et donc à la maladie vivent en milieu rural et dépendent de l'agriculture, de la pêche, de l'élevage ou de la chasse.
Légende
Un jeune homme dans le village de Zobia, au nord-est de la RDC. Les plus exposés à la mouche tsé-tsé et donc à la maladie vivent en milieu rural et dépendent de l'agriculture, de la pêche, de l'élevage ou de la chasse.

Epicentre a analysé les données recueillies sur les personnes à risque et diagnostiquées de même sur les patients traités dans le cadre de ces programmes. L'expertise d'Epicentre en matière de gestion de données et de statistiques a permis de mieux comprendre dans quels environnements vivaient les patients, les facteurs de risque comme la présence d’une rivière à proximité, les groupes d'âge vulnérables, et le suivi des programmes. Cet aperçu a permis de mieux définir la population à risque qui doit être ciblée par le dépistage actif.

Épidémiologie descriptive et analytique

Epicentre a créé une base de données unique en son genre, issue de 20 ans de suivi des programmes de MSF sur la THA. Pour la première fois, grâce à l'utilisation de méthodes statistiques avancées, la recherche d'un prédicteur précoce de l'efficacité du traitement et l'analyse des facteurs de risque d'échec du traitement ont pu être effectuées.  

Études de cohortes

Des études de cohortes ont été menées dans le cadre de programmes de contrôle de MSF, comme à Ibba, au Soudan du Sud, afin d'évaluer l'innocuité et l'efficacité de l'éflornithine comme traitement de première ligne contre la trypanosomiase humaine africaine.

Essais sur le terrain et essais cliniques

Des essais cliniques ont été menés dans le cadre des programmes de MSF. Une vaste étude de phase 3 initiée par Epicentre et MSF et réalisée en collaboration avec le DNDi a conduit au succès  d'un nouveau traitement associant nifurtimox et éflornithine, le seul à avoir été introduit en 25 ans. Cette combinaison thérapeutique a été ajoutée à la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondial de la Santé (OMS) en 2009 et est désormais disponible gratuitement auprès des laboratoires pharmaceutiques qui le produisent.

La collaboration actuelle avec le DNDi est destinée à mettre en œuvre une étude visant à évaluer l'efficacité et l'innocuité du fexinidazole chez les patients au stade avancé de la trypanosomiase africaine humaine due au Trypanosoma brucei rhodesiense. 

Les efforts soutenus de MSF, d'Epicentre, du DNDi et des Ministères de la santé ont permis de ramener les nombres de cas déclarés à 1 442 en 2017. La poursuite des efforts devrait permettre d'atteindre l'objectif d'élimination de la THA en tant que problème de santé publique d'ici 2020.

Ressource sélectionnée

Classification principale
13.02.2000

Toxicité Nifurtimox Melarsoprol thérapie combinée_rapport 2000 (EN)

Voir plus