Choléra

Vendredi 2 juillet 2021 - Mis à jour le Mardi 22 novembre 2022
Découvrez les études d'Epicentre actuellement en cours sur le choléra.

Réponse immunitaire à une deuxième dose retardée de vaccin anticholérique oral

Les fabricants du vaccin anticholérique oral (VCO) recommandent un intervalle de 7 ou 14 jours entre deux doses. Il n'est pas toujours possible d'effectuer deux cycles de vaccination de masse dans ce délai et de nombreuses campagnes mises en œuvre à ce jour ont utilisé un intervalle plus long. Des données récentes indiquent qu'un intervalle plus long entre les doses de VCO pourrait entraîner des taux de séroconversion équivalents et une meilleure stimulation des réponses immunitaires des muqueuses après la deuxième dose.

Objectif

Nous voulons démontrer la non-infériorité de la réponse immunitaire humorale entre les personnes recevant une seconde dose du VCO préqualifié Euvichol-Plus® 6 ou 12 mois après la dose initiale et les personnes recevant une seconde dose de VCO préqualifiée 14 jours après la dose initiale. La réponse immunitaire humorale sera évaluée par le titrage des anticorps vibriocides sériques 14 jours après la deuxième dose de vaccin. Le second objectif comprend la comparaison du taux global de séroconversion vibriocide 14 jours après la première ou la seconde dose de vaccin. Un sous-échantillon d'individus ≥ 18 ans fera l'objet d'une évaluation sérologique supplémentaire pour caractériser la cinétique de leurs réponses en anticorps jusqu'à 6 mois après la seconde dose de vaccin VCO. Bien que le vaccin soit sûr, l'apparition d'événements indésirables et d'événements indésirables graves après la vaccination sera évaluée (évaluation de la sécurité). 

Méthodes

L'étude est un essai d'immunogénicité ouvert, randomisé, contrôlé et de non-infériorité comparant les réponses immunitaires humorales au VCO dans deux bras d'intervention (intervalle de 6 et 12 mois entre les doses de VCO) par rapport à un bras témoin (intervalle standard de 14 jours). Dans chaque bras, nous visons à recruter 152 individus âgés de 1 à 39 ans éligibles pour la vaccination par le VCO dans la population générale (soit 456 individus au total).

Pays

République de Guinée

Etat d'avancement

Recrutement en cours

Date de fin provisoire

2024

Notre Rôle

Coordination de l'étude 

Partenaires

MSF OCB, Ministère de la Santé de la République de Guinée, Massachusetts General Hospital, Grieg Foundation

Pour plus d'informations, contacter

Référence profils
Photo
A. Juan
Aitana Juan
Titre du poste
Epidémiologiste

Évaluation de l'impact des campagnes de vaccination orale de masse contre le choléra

Le choléra reste une menace pour la santé mondiale, persistant dans des contextes où l'accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (WASH) est inadéquat. Les vaccins anticholériques oraux inactivés (OCV), complémentés par des améliorations WASH, sont devenus un élément standard des programmes de lutte contre le choléra. La plupart des données disponibles sur l'impact des OCV sont liées à la protection individuelle contre des formes cliniques de la maladie. Les campagnes de vaccination de masse ont le potentiel de réduire également la transmission et l'apparition d’épidémie. En 2020, des campagnes de vaccination OCV de masse ont été déployées dans les régions endémiques du choléra en République démocratique du Congo. Une étude se déroulent sur 2 ans va évaluer les impacts du déploiement de la VCO de masse à Goma et dans la zone rurale de l’Ex-Katanga.

 

Méthodologie

Le protocole de l’étude combine (1) la surveillance clinique, (2) les enquêtes sérologiques, et (3) le suivi des ménages. Dans le cadre d’une collaboration  vec les autorités sanitaires, un pan consistera à renforcer les systèmes de surveillance clinique. La culture de V. cholerae, les tests moléculaires et la sérologie du choléra seront réalisés au Nord-Kivu (y compris l'optimisation d'un test qPCR pour la détection et la différenciation simultanées de V. cholerae O1 et O139 toxigènes). Une série d'enquêtes sérologiques sera menée sur chaque site d'étude pour évaluer les taux d'infection par le choléra dans les communautés, fournissant une mesure de la transmission indépendante de la gravité de l'infection et des comportements en matière de santé. Enfin, une série de visites de suivi dans les foyers avec des cas de choléra confirmés sera effectuée pour estimer les taux d'attaque secondaire et le temps d'excrétion du choléra chez les personnes vaccinées et non vaccinées. Des échantillons environnementaux seront prélevés dans les foyers et les sources d'eau afin de surveiller les changements dans la fréquence de détection de V. cholerae. Les isolats cliniques, ménagers et environnementaux seront séquencés pour mieux comprendre la circulation de V. cholerae dans les ménages et les sites d'étude.

 

Objectif

L'étude devrait générer des preuves de l'impact épidémiologique et environnemental à long terme de l'administration massive de VCO. La combinaison de la surveillance clinique, des enquêtes sérologiques, des contacts avec les ménages et de l'échantillonnage environnemental contribuera également à améliorer notre compréhension de la dynamique de la transmission du choléra dans les milieux endémiques caractéristiques des points chauds de transmission et à mieux articuler les stratégies WASH-OCV.

 

Date de fin prévue

2023

 

Notre rôle

Sponsor de l'étude. Conception, mise en œuvre, analyse, publications

 

Partenaires

Ministère de la santé DRC, PNECHOL, INRB, MSF OCP

Cette étude est financée par le Wellcome Trust, UKaid et le FCDO (Foreign and Commonwealth and Development Office). 

Logos Wellcome UKaid

Pour plus d'information, contacter

Référence profils
Photo
Anais Broban
Anaïs Broban
Titre du poste
Epidémiologiste

CATI

CATI - interventions pour prévenir le choléra ciblés aux personnes les plus à risque

À l'échelle mondiale, le risque que des épidémies de choléra de faible ampleur se propagent rapidement et s'étendent largement reste important. Au lieu de s'appuyer sur des approches de masse, à l'échelle de la communauté, les stratégies de lutte contre le choléra pourraient se concentrer sur le confinement proactif des premiers foyers. Les interventions ciblées par zone de survenue des cas (CATI) reposent sur l'hypothèse que la détection précoce des clusters peut déclencher une réponse rapide et localisée dans la zone à haut risque autour d'un ou plusieurs ménages afin de réduire suffisamment la transmission pour éteindre l'épidémie ou limiter sa propagation. Les preuves actuelles soutiennent une zone spatio-temporelle à haut risque de 100 à 250 mètres autour des foyers pendant 7 jours.

Nous supposons que l'application rapide des stratégies CATI réduira la transmission au sein des foyers et plus largement autour. Il en résultera une diminution de l'incidence dans une zone en anneau autour du foyer et une limitation des clusters. L’application de la stratégie CATI à l’échelle locale permettra une recherche active des cas suivie d’une intervention rapide. Il en résultera un accès accéléré aux soins pour les cas détectés, ainsi qu'une réduction de la mortalité et de la transmission communautaire.

Nous proposons d'évaluer l'efficacité d'une stratégie CATI à l'aide d'une étude d'observation au cours d'une épidémie aiguë de choléra, avec des mesures clairement définies de l'efficacité du dispositif CATI. En outre, nous avons l'intention d'évaluer la faisabilité, les coûts et le processus de mise en œuvre de cette approche.

Le paquet CATI fourni par MSF comprendra des interventions clés de réduction de la transmission (y compris des mesures d'assainissement et d'hygiène au niveau des ménages, la recherche active de cas, la chimioprophylaxie antibiotique et/ou la vaccination anticholérique orale à dose unique) qui visent à réduire rapidement le risque d'infection dans le ménage et dans le cercle autour du ménage infecté. MSF décidera du contenu du paquet CATI à utiliser, du rayon d'intervention et de la stratégie de priorisation à mettre en place si le nombre de cas est supérieur à la capacité opérationnelle, sur la base des politiques nationales, du contexte local et de considérations opérationnelles.

 

La conception de l'étude est basée sur la comparaison des effets de la mise en place de la stratégie CATI rapidement pour éviter la propagation des cas par rapport une stratégie CATI retardées par des contraintes opérationnelles (les retards ne seront pas assignés ni randomisés). Une analyse par régression sera utilisée pour modéliser l'incidence observée par tests TDR positifs du choléra en fonction du délai d'intervention (en jours). Le délai reflétera la force inverse de la réponse rapide. Les groupes, en fonction de leurs délais d'intervention, serviront de contrôles internes.

 

Pays

DRC, Cameroun, Zimbabwe

Date de fin prévue

Décembre 2022

Our Role

Conception de l'étude, coordination, mise en œuvre, analysesis

Partenaires

OCG, OCB, OCP, OCBA, OCA

LSHTM

 
 
 
Publications à lire

 

Pour plus d'informations, contacter

Référence profils
Photo
F. Finger
Flavio Finger
Titre du poste
Epidémiologiste