Lancement d'une nouvelle étude sur le traitement de première ligne de l'infection à VIH au Malawi

Vendredi 22 février 2019
VIH Première ligne Dolutegravir Charge virale Malawi
Introduction
Epicentre et Médecins Sans Frontières (MSF) ont commencé une étude de données sur le nouveau traitement de première ligne recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Malawi.
Bannière
test-image-actu-MSB19713
Corps éditorial

Lancement d'une nouvelle étude de traitement VIH de première ligne.

A la demande du Ministre de la Santé du Malawi, Epicentre et  Médecins Sans Frontières (MSF) ont commencé une étude sur l'utilisation du nouveau traitement de première ligne recommandé ténofovir-lamivudine-dolutegravir (TLD), dans le district de Chiradzulu, Malawi.

L'étude en quelques mots

Le Ministère de la santé du Malawi déploie le ténofovir-lamivudine-dolutegravir (TLD) comme traitement de première ligne, conformément à la recommandation de l'OMS. Le Dolutegravir est un médicament de nouvelle génération très puissant. Bien que le profil d'innocuité et d'efficacité du nouveau traitement de première intention soit bon, on en sait peu sur son utilisation dans des milieux aux ressources limitées. En particulier, la capacité limitée d'un pays à surveiller la charge virale (CV) peut être une donnée importante à considérer. Cette étude vise à suivre de près l'introduction du TLD dans un tel environnement sur le site sentinelle du district de Chiradzulu, au Malawi.  L'étude introduira une surveillance supplémentaire au site sentinelle afin de recueillir des données sur l'efficacité du traitement. La réponse au traitement chez les patients susceptibles de présenter une résistance aux antirétroviraux préexistante sera particulièrement surveillée.

Un groupe de 2 300 patients traité déjà avec les médicaments de la première ligne sera transféré au TLD, ainsi qu'un petit groupe de 115 patients au maximum qui commenceront un traitement antirétroviral avec le TLD. La réponse virologique des participants après le début du traitement TLD sera surveillée tôt et fréquemment jusqu'à 18 mois après l'inscription. Tous les résultats des tests de suivi seront mis à la disposition des cliniciens et des patients afin qu'ils puissent être utilisés directement pour la gestion des patients.

Les résultats de l'étude contribueront à éclairer la politique du ministère de la Santé du Malawi pour remplacer le régime actuel de première ligne par un déploiement national du TLD et fourniront aux cliniciens et prescripteurs des informations sur la surveillance clinique et virologique qui sera nécessaire pour le TLD de première ligne.

VIH/SIDA

Découvrir
Les adolescents manquent souvent de soutien pour suivre correctement leur traitement en raison du manque de soutien et de continuité.