Grand pas dans la lutte contre l’hépatite E avec la première campagne de vaccination au monde

Vendredi 22 juillet 2022
Hépatite E
Introduction
En mars et avril 2022, MSF et le ministère de la Santé du Soudan du Sud ont mené conjointement les deux premiers cycles d’une campagne de vaccination contre l'hépatite E dans le camp de déplacés de Bentiu, dans l'état d'Unity au Soudan du Sud. Cette vaccination ravive les espoirs dans la lutte contre cette maladie particulièrement mortelle pour les femmes enceintes. En parallèle, Epicentre mène une étude pour évaluer l'efficacité en conditions réelles de ce vaccin, recommandé par l'OMS, qui s'est révélé efficace et sûr lors d'essais cliniques menés en Chine.
Bannière
vaccination hepatitis E
Corps éditorial

Cause la plus fréquente d'hépatite virale aiguë, l'hépatite E provoque environ 20 millions d'infections et 44 000 décès par an. Le virus à l’origine de l’hépatite E se transmet par la contamination fécale des aliments et de l'eau. Un manque d’accès à l’eau potable, un assainissement déficient de l’eau et une mauvaise hygiène, comme cela est souvent observé dans les camps de déplacés, créent donc les conditions idéales à la survenue de vastes épidémies.

A ce jour il n'existe pas de traitement spécifique pour l'hépatite E dont le taux de mortalité peut atteindre 25 % chez les femmes enceintes. Cette hépatite accroit également le risque d'avortements spontanés et de naissances d'enfants mort-nés.

« La lutte contre l'hépatite E a été longue et frustrante", rappelle le Dr Monica Rull, directrice médicale de Médecins Sans Frontières (MSF). Au cours des deux dernières décennies, MSF a fait face aux épidémies d'hépatite E dans les camps de déplacés, en essayant de contrôler la maladie dans des conditions difficiles et en constatant l'impact dévastateur sur des communautés extrêmement vulnérables. Grâce à l'expérience de cette campagne de vaccination, nous espérons être mieux armés pour lutter contre l'hépatite E à l'avenir. »

Hep EExposé à des épidémies d’hépatite E depuis 2015, le camp de Bentiu dans l'État d'Unity au Soudan du Sud, qui compte 112 000 personnes, a vu la situation s’aggraver en 2021 suite aux inondations extrêmes et à l’afflux de personnes déplacées. Depuis juillet 2021, dans son hôpital de Bentiu, MSF a pris en charge 759 patients avec une hépatite E confirmée, dont 17 sont décédés.

Pour endiguer l’épidémie, le ministère de la Santé du Soudan du Sud a demandé à MSF de mener une campagne de vaccination dans le camp. Le seul vaccin disponible contre l'hépatite E, Hecolin©, a fait preuve d’efficacité dans la prévention de la maladie lors d'essais cliniques, et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande depuis 2015 son utilisation pour répondre aux épidémies. Cependant, jusqu'à présent, il n'a été administré qu'à titre individuel en Chine, où il est autorisé et utilisé pour vacciner les voyageurs. La campagne de vaccination à Bentiu est la première au niveau mondial à recourir à ce vaccin dans le cadre d’une épidémie.

Evaluer le vaccin en conditions réelles

Video

En parallèle de cette vaccination de masse, Epicentre recueille des données sur la couverture et l’acceptation vaccinales, et va évaluer l'efficacité et la sécurité de ce vaccin en conditions réelles.

« 24 469 personnes ont reçu une première dose de vaccin en mars 2022, et 25 434 personnes la deuxième dose en avril 2022, soit respectivement 91% et 95 % de la population ciblée. La troisième et dernière dose sera administrée à l'automne 2022 », détaille Robin Nesbitt, épidémiologiste à Epicentre.

Comme il est mentionné dans la publication parue le 21 juillet dans Lancet Infectious disesases : « Les données complémentaires sur l'efficacité et l'innocuité de ce vaccin, recueillies dans la campagne actuellement en cours à Bentiu, pourrait contribuer à dissiper certaines craintes liées à l'introduction de nouveaux vaccins. »

Cette étude devrait également compléter les données encore trop parcellaires disponibles à ce jour sur l'efficacité de ce vaccin chez les femmes enceintes, alors qu’il s’agit de la population qui paye le plus lourd tribut à cette maladie.

« Les épidémies d'hépatite E surviennent dans les pays à faible revenu, au sein de populations souvent isolées et affectées par des conflits, enchaîne Etienne Gignoux, épidémiologiste à Epicentre et impliqué dans plusieurs projets sur l'hépatite E. La recherche sur les traitements de cette maladie est quasi inexistante. Un seul vaccin est disponible, et il n'a jamais été évalué en conditions épidémiques jusqu'à présent. Il est urgent de développer des stratégies vaccinales réactives et préventives pour les personnes les plus à risque et de meilleurs traitements, mais aussi d’améliorer les connaissances sur cette maladie et de son impact. »

L'espoir d'enrayer la propagation de l'hépatite

« Compte tenu de la mise en œuvre réussie et du retour enthousiaste de la communauté lors des deux premiers cycles, cette campagne de vaccination innovante peut servir d'exemple et être reproduite dans des contextes similaires, a déclaré le Dr John Rumunu, directeur général des services de santé préventive, ministère de la Santé du Soudan du Sud. J'espère que le vaccin contribuera à réduire les infections et les décès dus à l'hépatite E à Bentiu et au-delà. »

Le ministère de la Santé du Soudan du Sud et MSF poursuivent le recueil d’informations, quant au déroulement de cette campagne et à ses résultats. Bien que d'autres mesures, telles qu’un meilleur assainissement et un accès à l’eau potable, soient nécessaires pour endiguer les épidémies, les responsables de la santé estiment que cette campagne de vaccination représente une étape importante dans la lutte contre l'hépatite E. MSF espère que cette campagne encouragera d'autres pays à utiliser le vaccin pour faire face aux épidémies d'hépatite E. 

crédit photo : Peter Caton/MSF 

 

Video

Pour plus d'information, contacter

Référence profils
profile default
Robin Nesbitt
Titre du poste
Epidémiologiste
Photo
E. Gignoux
Etienne Gignoux
Titre du poste
Epidémiologiste