Revue de l’activité d’Epicentre en réponse à l’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo

Dimanche 27 octobre 2019
Ebola Réponse épidémie République Démocratique du Congo (RDC)
Introduction
Depuis le début de l’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo (RDC), Epicentre est un soutien essentiel à Médecins Sans Frontières et aux autorités nationales dans la lutte contre le virus.
Bannière
Activité Epicentre contre épidémie Ebola
Corps éditorial

Le 1er août 2018, le Ministère de la Santé Publique de la RDC a déclaré l’épidémie dans le Nord-Kivu, une province qui subit depuis plus 20 ans les conflits entre groupes armés et l’insécurité chronique. Les mouvements de populations constants dans la région ont étendu l’épidémie aux provinces de l’Ituri et du Sud-Kivu, et à l’international en Ouganda, motivant l'Organisation Mondiale de la Santé de d’élever l’épidémie au rang d’« urgence de santé publique de portée internationale ». Les conflits armés et la méfiance des populations envers les équipes de la riposte ont exigé une adaptation permanente des équipes de Médecins Sans Frontières et d’Epicentre face à cette nouvelle flambée du virus, avec notamment l’utilisation pour la première fois à grande échelle de nouveaux vaccins et de traitements expérimentaux.


L’activité d’Epicentre consiste à soutenir techniquement les équipes MSF sur le terrain mais aussi l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre Ebola et à collaborer avec plusieurs commissions de la Coordination Nationale de la Riposte. Ainsi, Epicentre gère et compile les données des centres d’isolation, de transit et de traitements grâce à la mise en place d’une liste linéaire standardisée, et la création et la maintenance d’un tableau de bord en ligne. Des rapports de situation hebdomadaires et d’analyses spécifiques sont produits ainsi que des narratifs essentiels à l’identification et au suivi des chaines de transmission.


Epicentre fait partie de la cellule d’analyse réunissant la Direction Surveillance Epidémiologique/le Ministère de la Santé Publique, l’Organisation Mondiale de la Santé, les « Centers for Disease Control and Prevention » des Etats-Unis, l’UNICEF et la Croix Rouge dont les objectifs sont 1) de renforcer la surveillance et la gestion de l’information, 2) de suivre l’évolution de l’épidémie et l’efficacité de la réponse 3) de mener le cas échéant des recherches opérationnelles quantitatives et qualitatives, 4) de formuler des recommandations afin d’orienter la prise de décisions qui sont ensuite mises en œuvre par la cellule de suivi et actions.

Analyse démographique et indicateurs du contrôle de la transmission communautaire

L’analyse démographique de cette épidémie montre un nombre inhabituel d’enfants (de moins de 5 ans) infectés, qui sont surreprésentés en particulier parmi les décès communautaires. Globalement, la maladie affecte une majorité d’adultes entre 20 et 35 ans. Les femmes sont plus touchées que les hommes. Le 20 octobre 2019, on comptait un total de 3243 cas (3127 confirmés et 116 probables) et 2133 cas décédés (66%). Début octobre, l’ensemble des centres de traitement et transit ont réalisé plus de 28 000 admissions parmi lesquels seulement 7% ont été confirmés. Le délai moyen entre le début de symptômes et l’admission en centre de traitement a été estimé à 5 jours. Parmi les cas confirmés et probables, il a été estimé que 50 % étaient sur la liste des contacts lors de leur détection, c’est-à-dire qu’ils étaient déjà listés comme des personnes ayant eu un contact avec un cas confirmé ou probable déjà notifié. Vingt-huit pour cent étaient sur la liste des contacts et ont été suivis pendant la période d’incubation de 21 jours, à cause du risque de développer Ebola. Parmi les cas confirmés et probables admis dans les centres de traitement, 64% ont été déclarés contact avec un cas confirmé et 25% ont été vaccinés. 
Globalement, environ 33% des cas confirmés et probables sont décédés dans la communauté et 5% des cas confirmés ou probables font partie du personnel de santé. 

Recommandations

Ces indicateurs montrent que les défis à la réponse sont nombreux. Il faut améliorer le recensement et le suivi des contacts, la couverture vaccinale, la surveillance communautaire et les mesures de prévention et contrôle des infections au niveau des formations sanitaires. Une meilleure implication de la communauté dans la réponse est essentielle.  

Analyse cartographique, modélisation des facteurs de risque et prédicteurs de l’infection

La cartographie des cas a permis d’identifier, et éventuellement de prédire, les zones de santé les plus à risque parmi lesquelles les aires de santé/cellules à forte transmission et les formations sanitaires prioritaires. La modélisation des facteurs de risque permet de prioriser les zones d’intervention en tenant compte de la sécurité, de la vaccination, du temps passé par le malade avant l’isolement, des cas connus comme contacts, de la facilité d’accès à un centre de traitement, et de la distance entre les foyers principaux.
Epicentre travaille aussi sur les prédicteurs de l’infection grâce notamment au développement d’un arbre décisionnel permettant de simplifier le triage des cas suspects. 

Le vaccin rVSV-ZEBOV-GP et la stratégie en « anneau »

La vaccination par le vaccin rVSV-ZEBOV-GP a concerné plus de 250 000 personnes. La stratégie choisie dite en « anneau » consiste à vacciner les contacts d’un malade et les contacts de contacts ainsi que les personnels de première ligne. L’analyse de cette activité de vaccination a montré que la létalité était de 27% chez les vaccinés (vs 58% chez les non-vaccinés). Il semblerait que cette stratégie en « anneau », lors de cette épidémie, n’ait pas permis d’obtenir une couverture vaccinale suffisante et de bloquer ainsi la transmission. 

Mise en place d’un autre vaccin

Epicentre, par ailleurs, va participer à la mise en place d’un essai clinique d’un autre vaccin fabriqué par Johnson and Johnson, et dont l’investigateur principal est le Professeur Muyembe de l’Institut National de Recherche Biomédicale de la RDC. 

Ressources associées

Classification principale
13.06.2019

Situation actuelle de l’épidémie d’Ebola en en République Démocratique du Congo - Minikulu L et Coulborn R – Vidéo 2019

Classification principale
13.06.2019

Analyse de survie des patients atteints de la maladie à virus Ebola admis dans les centres de traitement lors de l’épidémie en cours en RDC - Grandesso F – Vidéo 2019

Classification principale
13.06.2019

Essai contrôlé randomisé multicentrique, multi-foyers épidémiques, évaluant l’efficacité et l’innocuité de thérapies expérimentales pour le traitement des patients atteints de la maladie à virus Ebola- Soumana I – Vidéo 2019

Voir plus

Actualités associées

Le Ministère de la Santé de la RDC approuve l'utilisation du vaccin Ebola produit par Janssen

L'épidémie actuelle d'Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri en RDC fait rage depuis le 1er août 2018, avec plus de 3...

Essai du vaccin contre Ebola au Centre de Recherche Epicentre Mbarara en Ouganda

En raison de l'épidémie qui sévit actuellement dans le pays voisin, la République Démocratique du Congo, l'Ouganda fait partie des...